Quel modèle de poêle à bois choisir ?

Le poêle à bois est sans doute, l’un des équipements de chauffage qu’on utilise le plus en périodes de froid intense pour son efficacité. Cependant, cet appareil se décline en plusieurs modèles et cela rend particulièrement le choix complexe. Néanmoins, certains éléments peuvent vous aider à réussir son achat. On vous les présente dans cet article.

Quels sont les différents types de poêles à bois ?

Le poêle à bois est conçu sous plusieurs modèles. Chacun d’eux présente des avantages spécifiques, mais également quelques inconvénients. Il est donc important de choisir son appareil en tenant compte de ces deux paramètres.

A découvrir également : Pourquoi choisir le carrelage mural en grès cérame?

Poêle à convection naturelle

Le poêle à convection naturel se distingue du modèle à convection forcée par l’absence de ventilateur. C’est un atout pour réchauffer rapidement une petite pièce. La diffusion de la chaleur se fait par des sorties d’air de l’appareil alimenté par des bûches ou des granulés.

Cependant l’absence de dispositif annexe fait que la propagation de la chaleur n’est pas homogène. En plus, l’appareil risque de surchauffer lorsqu’il est très sollicité.

A lire également : Maîtrisez l'art de cultiver le lantana pour une floraison spectaculaire !

Poêle soufflant ou ventilé

Cette variété de poêles à bois dispose d’un dispositif à air qui lui permet de propager la chaleur de façon homogène dans les pièces. Si vous avez une surface moyenne, c’est l’appareil qu’il vous faut. Cependant, il peut être très bruyant et son installation peut être très difficile à mettre en œuvre.

Poêles à bois par accumulation et convection

À l’inverse du poêle à convection naturelle, ce modèle dispose d’un ventilateur. Avec une vitesse de chauffage très rapide, le dispositif est facile d’usage et parfaitement idéal pour les pièces moyennes. Cependant, il est possible que l’appareil surchauffe après une longue utilisation.

modèle de poêle à bois choisir

Poêle canalisable

C’est un modèle très économique et adapté aux grandes surfaces, car sa diffusion peut s’étendre sur une très longue portée. Néanmoins, le grand bruit entraîné par sa mise en marche et le coût très élevé de son installation ainsi que les pertes d’énergies observées chez cet appareil dissuadent beaucoup de personnes à s’en approprier.

Quels sont les critères de choix d’un poêle à bois ?

Avant d’effectuer l’achat d’un poêle à bois, il est important de déterminer son usage. Si vous choisissez un modèle destinés à une grande pièce pour le chauffage de petites espaces par exemple, le risque d’incendie sera élevé.

Mais, contrairement si pour une grande pièce vous choisissez un appareil dont la diffusion n’atteint pas une longue portée, son effet ne se ressentira pas. Vu que l’achat d’un poêle à bois est un investissement important, vous ne devez laisser de côté aucun détail.

Le rendement est le second critère à analyser. C’est le rapport entre l’énergie que produisent l’équipement et l’énergie qu’il consomme. Si l’appareil ne propose pas un rendement minimum de 70 %, alors ce n’est certainement pas celui que vous devez choisir.

Le design de l’appareil aussi compte. Même si le chauffage est sa fonction principale, le poêle à bois occupe une place importante dans une pièce, et il ne doit donc pas ternir l’esthétique et le décor de celle-ci. Pour trouver un équipement agréable à la vue, vous devez vous baser sur le matériau qui a servi à sa fabrication. En plus, certains matériaux rendent l’entretien plus aisé que d’autres.

Enfin, le prix de l’appareil est le dernier point à considérer. Un prix trop faible n’est pas un gage de qualité. Cependant, cela ne doit pas vous pousser à choisir l’équipement le plus cher. Si vous avez le moindre doute sur votre choix, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour obtenir de précieux conseils. 

Comment bien entretenir son poêle à bois pour une utilisation optimale ?

L’entretien est un point crucial pour garantir l’utilisation de votre poêle à bois sur le long terme. Pensez à bien nettoyer régulièrement la vitre du poêle afin d’éviter les dépôts de suie qui peuvent altérer sa transparence et réduire son efficacité thermique.

Pensez à bien vider régulièrement le cendrier, en veillant à ce que les braises soient bien éteintes lorsque vous le faites. Pour éviter tout risque d’incendie ou d’explosion, il est recommandé d’utiliser un bac ou une pelle spéciale pour récupérer les cendres.

La vérification des joints doit être effectuée régulièrement : s’ils sont usés, ils doivent être remplacés immédiatement pour assurer l’étanchéité du foyer. Les conduits doivent être vérifiés et nettoyés annuellement afin qu’ils ne se bouchent pas avec la suie. Cela permettra également d’éviter tout risque d’incendie dans votre habitation. Si vous n’êtes pas certain(e) de savoir comment procéder, il est préférable de faire appel à un professionnel qualifié pour effectuer cette opération.

L’utilisation appropriée des combustibles solides, tels que les bûches et pellets adaptés au modèle choisi, contribue aussi à augmenter sa durabilité ainsi qu’à améliorer l’environnement intérieur en limitant l’apparition des polluants atmosphériques, par exemple.

NB: Pensez au ramonage obligatoire de votre poêle à bois par un professionnel, qui doit être effectué deux fois par an. Ce dernier est indispensable pour éviter le risque d’incendie et garantir le bon fonctionnement ainsi que la durabilité de l’appareil.

Quelles sont les normes à respecter pour l’installation d’un poêle à bois ?

Pour installer un poêle à bois, il faut respecter certaines normes. La distance de sécurité par rapport aux murs et aux objets inflammables doit être respectée. Celle-ci varie en fonction des modèles et doit être vérifiée dans la notice d’utilisation fournie avec l’appareil.

Il faut bien réfléchir avant de poser l’appareil et privilégier un emplacement dans une pièce centrale plutôt qu’en angle ou trop près des fenêtres car cela pourrait engendrer des problèmes liés au tirage.

Il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel qualifié pour effectuer l’installation. Ce dernier veillera notamment à la bonne exécution des travaux liés aux raccordements électriques, hydrauliques ainsi qu’à la pose du conduit d’évacuation qui doivent se conformer parfaitement aux normes afin de garantir votre sécurité.

Sachez que toute installation réalisée sans tenir compte des normes précitées peut entraîner non seulement une perte de qualité thermique, mais aussi augmenter considérablement les risques potentiels pour la santé physique ainsi que pour l’environnement.

Afficher Masquer le sommaire